Domains of politics and modes of rule/ Sphères politiques et contrôle étatique (en/fr)

This work consists of a brief attempt to orient the study of the neocolonial state in Africa through an assessment of the manner in which it rules its people. It is argued that the state produces different modes of rule by deploying different politics over different parts of the population. In this manner, it can combine a genuinely democratic rule in the image of the West over some while subjecting the majority to colonial forms of domination. Imported political subjectivities from the West and its obsession with human rights discourse are reserved largely for a sphere of civil society in which the right to have rights is conferred upon citizens. In the domains of uncivil society and traditional society, the right to rights is not observed by the state so that different subjectivities, regularly including violence, govern the manner political problems and solutions are addressed both by the state and by people. In consequence, distinct political subjectivities prevail in the conceptualization of popular resistance in all three domains, and it becomes difficult to rally such different concerns and conceptions within an overall anti-neocolonial struggle.
Il s’agit d’une brève tentative d’orienter l’étude de l’État néocolonial en Afrique à travers une évaluation de la manière dont il gouverne son peuple. On soutient que l’État produit différents modes de contrôle étatique en déployant différentes politiques sur différentes parties de la population. De cette manière, il peut combiner une règle véritablement démocratique à l’image de l’Occident sur certains tout en soumettant la majorité à des formes coloniales de domination. Les subjectivités politiques importées de l’Occident et son obsession du discours sur les droits de l’homme sont largement réservées à une sphère de la société civile dans laquelle le droit d’avoir des droits est conféré aux citoyens. Dans les domaines de la société incivile et de la société « traditionnelle », le droit aux droits n’est pas respecté par l’État, de sorte que différentes subjectivités, y compris régulièrement la violence, régissent la manière dont les problèmes politiques et leurs solutions sont abordés à la fois par l’État et par le peuple. En conséquence, des subjectivités politiques distinctes prévalent dans la conceptualisation de la résistance populaire dans chacun des trois domaines, et il devient difficile de rallier des préoccupations et des conceptions aussi différentes au sein d’une lutte anticoloniale nation

ISBN Print: 9781990263774
Publication Date: May 2023
Page Count: 38
Binding Type: Soft-cover
Trim Size: 6in x 9in
Language: Français
Colour: B&W

USD $ 1.00USD $ 10.00

Clear

Emeritus Professor in Humanities, Rhodes University, South Africa; Distinguished Visiting Scholar University of Connecticut Humanities Institute, United States; Visiting Professor, WISER, University of the Witwatersrand, South Africa.

    This work consists of a brief attempt to orient the study of the neocolonial state in Africa through an assessment of the manner in which it rules its people. It is argued that the state produces different modes of rule by deploying different politics over different parts of the population. In this manner, it can combine a genuinely democratic rule in the image of the West over some while subjecting the majority to colonial forms of domination. Imported political subjectivities from the West and its obsession with human rights discourse are reserved largely for a sphere of civil society in which the right to have rights is conferred upon citizens. In the domains of uncivil society and traditional society, the right to rights is not observed by the state so that different subjectivities, regularly including violence, govern the manner political problems and solutions are addressed both by the state and by people. In consequence, distinct political subjectivities prevail in the conceptualization of popular resistance in all three domains, and it becomes difficult to rally such different concerns and conceptions within an overall anti-neocolonial struggle.
    Il s’agit d’une brève tentative d’orienter l’étude de l’État néocolonial en Afrique à travers une évaluation de la manière dont il gouverne son peuple. On soutient que l’État produit différents modes de contrôle étatique en déployant différentes politiques sur différentes parties de la population. De cette manière, il peut combiner une règle véritablement démocratique à l’image de l’Occident sur certains tout en soumettant la majorité à des formes coloniales de domination. Les subjectivités politiques importées de l’Occident et son obsession du discours sur les droits de l’homme sont largement réservées à une sphère de la société civile dans laquelle le droit d’avoir des droits est conféré aux citoyens. Dans les domaines de la société incivile et de la société « traditionnelle », le droit aux droits n’est pas respecté par l’État, de sorte que différentes subjectivités, y compris régulièrement la violence, régissent la manière dont les problèmes politiques et leurs solutions sont abordés à la fois par l’État et par le peuple. En conséquence, des subjectivités politiques distinctes prévalent dans la conceptualisation de la résistance populaire dans chacun des trois domaines, et il devient difficile de rallier des préoccupations et des conceptions aussi différentes au sein d’une lutte anticoloniale nation

    Customer Reviews

    There are no reviews yet.

    Only logged in customers who have purchased this product may leave a review.